MRC Argenteuil Logo MRC Argenteuil


Brownsburg-Chatham

 

Population : 7253

Maire : Madame Catherine Trickey

Superficie : 249.31 km2

Site Web : www.brownsburgchatham.ca

Courriel de la municipalité : info@brownsburgchatham.ca

Date de constitution : 1999-10-06

Adresse : 300, rue de l'hotel de ville, Brownsburg-Chatham (Québec) J8G 3B4

Téléphone : (450)-533-6687

Télécopieur : (450)-533-5795

 

\plan_001.gif

SECTEUR DE L'ANCIEN CANTON DE CHATHAM

Vers la fin du XVIIIe siècle, des cohortes d’Américains immigrèrent dans la région. Ils peuplèrent d’abord la seigneurie d’Argenteuil avant de déborder dans le canton de Chatham. Une seconde vague d’immigrants, provenant cette fois des îles britanniques, suivit une centaine d’année plus tard. C’est ainsi qu’aucun cultivateur d’expression française n’a été recensé dans les limites du canton avant 1829.

En raison de leurs pratiques agricoles rudimentaires, nombreux étaient les pionniers qui durent d’abord tirer leur subsistance de la coupe du bois et de la fabrication de potasse. Pendant la période précédant le défrichement et la mise en culture des terres, leurs conditions de vie étaient extrêmement difficiles. Ensuite, compte tenu de l’épuisement rapide des sols, ils devaient en exploiter de nouveaux afin de pouvoir renouveler leurs récoltes.

En 1820, Elijah et Ephraim Burtch construisent le premier moulin à grains du canton de Chatham. Cette innovation fut suivie, vers 1825, par l’introduction de nouveaux instruments agricoles, dont une charrue de style écossais, et de meilleures techniques culturales. L’agriculture devient alors plus rentable.

Secteur Cushing

Cette localité doit son nom à Lemuel Cushing, un des plus importants marchands de bois du district. Il fut également conseiller municipal, maire, geôlier, puis juge de paix du canton de Chatham. Cet homme d’affaires possédait plusieurs immeubles dans le canton, ainsi que l’île Cushing, un lieu de villégiature recherché, situé dans le port de Portland, dans l’État du Maine.

Secteur Greece’s Point

À l’origine, Greece’s Point était un petit hameau établi à l’entrée du canal de Grenville. Un chemin de fer, qui servait surtout à l’industrie forestière, le reliait aussi à ce village voisin. Son nom rappelle John William Greece, qui acheta 5 000 acres de terres dans le canton de Chatham en 1803. Son fils Charles Claude Greece y vécut pendant plusieurs années et y exerça la fonction de juge de paix.

Secteur Saint-Philippe-d’Argenteuil

La paroisse Saint-Philippe-de-Chatham fut officiellement reconnue en 1856 et prit le nom de Saint-Philippe-d’Argenteuil en 1861. Le style architectural « romain » de l’église de Saint-Phillipe-Apôtre, un monument de grande valeur patrimoniale, fait la fierté de la population.

En octobre 1999, le village de Brownsburg et le canton de Chatham se sont regroupés volontairement, pour former la nouvelle Ville de Brownsburg-Chatham (décret 1112-99).

SECTEUR DE L'ANCIEN VILLAGE DE BROWNSBURG

Brownsburg tire son nom du premier habitant du lieu, George Brown. Cherchant la force hydraulique d’une rivière pour activer les roues motrices de sa machinerie, ce mécanicien de Lachute décida de s’installer plus au nord. En 1818, il obtint une concession de terres, y fit construire une scierie, puis s’y installa avec sa famille 11 ans plus tard. Des petits artisans et plusieurs agriculteurs vinrent alors s’établir sur des terres avoisinantes. D’autres scieries, une fabrique de cardage de laine et un four à chaux furent tour à tour érigés. En 1857, Brownsburg, qui comptait 11 habitants, faisait partie du canton de Chatham.

Dans les années 1920, le village occupait le sixième rang des 12 qui constituaient le canton de Chatham. La reconnaissance du Brownsburg à titre de municipalité, en 1935, signala toutefois sa séparation du canton. L’explication de cette scission se trouve dans l’évolution divergente des besoins de ces deux milieux, Chatham restant essentiellement rural, alors que Brownsburg s’urbanisait de plus en plus.

Le développement de Brownsburg porte la marque de trois industries : le bois, les minéraux et les explosifs. Jadis très prospère, le secteur du bois incluait notamment le classement et le sciage de billes, l’affûtage de scies et la fabrication de portes et fenêtres.

Pour leur part, les carrières du nord-ouest du village exploitaient surtout le quartz, le mica et le granit. La Laurentide Granit Company y entreprit ses activités en 1893 et occupait plus de 600 travailleurs au début du XXe siècle. Elle a d’ailleurs fourni des milliers de blocs de granit à la Ville de Montréal pour la construction de la prison de Bordeaux et le pavage de rues du Vieux Montréal.

Les industries du bois et l’exploitation des carrières de granite disparurent avec le temps, remplacées par une usine d’explosifs, de munitions (cartouches) et de fusibles. Cette usine a fortement contribué à la croissance du village de Brownsburg, notamment pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1945), période durant laquelle la demande pour des munitions était très forte, ce qui entraîna la création de milliers d’emplois (près de 4000 à l’époque). Aujourd’hui, la compagnie Orica y fabrique des composantes explosives, telles que détonateurs et cordaux détonnants, voués à l’exploitation minière, la construction de routes, etc. Elle emploie quelques 350 travailleurs.

Qui dit production dit main-d’œuvre, et c’est ainsi que pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’entreprise d’explosifs érigea des maisons en série, bâties sur des modèles similaires, pour loger son personnel, majoritairement francophone. Encore aujourd’hui, le secteur de Brownsburg se distingue d’un point de vue architectural par la présence de nombreuses habitations ouvrières, dites « wartime houses », et de résidences plus sophistiquées, jadis occupées par les dirigeants anglophones.

Recherche

Carte routière et touristique de la MRC d'Argenteuil

Les municipalités constituantes de la MRC d'Argenteuil